Ski Alpin - Preview coupe du monde ski alpin 2023-2024

avatar
Posté par
VPronos

L'analyse

La saison de ski alpin 2023/2024 s'annonce déjà passionnante. Marco Odermatt, le tenant du gros globe de cristal, est le grand favori pour une troisième victoire consécutive. Nous tenterons ici d’analyser qui pourra perturber un triplé du prodige suisse, qui seront les surprises de cet hiver, et quelles seront les déceptions !


Le calendrier de la saison 2023/2024 comprend quelques nouveautés. Les dames feront leur retour à Val d'Isère, tandis que les hommes disputeront deux slaloms à Courchevel et Chamonix. La saison se terminera à Saalbach, en Autriche, du 21 au 24 mars 2024.
Nous aurons également la chance d’avoir deux descentes sur la mythique Streïf de Kitzbühel ! La Coupe du monde de ski alpin 2023-2024 se déroulera principalement en Europe, avec quatre étapes en Amérique du Nord. Après Soelden nous retrouverons en novembre les descentes de Zermatt-Cervinia, en Suisse, Italie, qui marqueront les premières courses transfrontalières de l'histoire de la Coupe du monde. Les épreuves individuelles combinées et parallèles ont été retirées du programme. La finale de la saison se déroulera sur deux week-ends au lieu d'une seule semaine. Le système de notation actuel a été mis en place au cours de la saison 1991-92. Pour chaque course, des points sont attribués aux 30 premiers : 100 points pour le vainqueur, 80 pour le deuxième, 60 pour le troisième, jusqu'à 1 point pour la 30e place.

Un rappel sur les différentes disciplines s’impose, avant d’entamer une nouvelle saison.

Descente


La descente est la discipline la plus rapide du ski alpin. Les skieurs s'élancent d'un point haut et descendent la piste le plus vite possible. La vitesse est le facteur le plus important dans cette discipline, mais la technique et la capacité à négocier les virages serrés sont également essentielles.


La vitesse maximale atteinte en descente est de 161,9 km/h, record établi par le Français Johan Clarey en 2013.


Super-G


Le super-G est une discipline intermédiaire entre la descente et le slalom géant. Les skieurs s'élancent d'un point haut et descendent la piste en suivant un parcours plus sinueux que celui de la descente. La vitesse et la technique sont les deux facteurs les plus importants dans cette discipline.


Le super-G est une discipline relativement récente, elle a été introduite en Coupe du monde en 1982.


Slalom géant


Le slalom géant est une discipline qui combine vitesse et technique. Les skieurs s'élancent d'un point haut et descendent la piste en suivant un parcours jalonné de portes. La vitesse et la capacité à négocier les portes sont les deux facteurs les plus importants dans cette discipline.


Le slalom géant est une discipline très physique, les skieurs doivent être capables de skier à grande vitesse tout en négociant des virages serrés.


Slalom


Le slalom est la discipline la plus technique du ski alpin. Les skieurs s'élancent d'un point haut et descendent la piste en suivant un parcours jalonné de portes très serrées. La technique et la précision sont les deux facteurs les plus importants dans cette discipline.


Le slalom est une discipline très exigeante, les skieurs doivent être capables de skier à grande vitesse tout en négociant des virages très serrés.

Les retraités


L’annĂ©e 2023 a Ă©tĂ© riche cĂ´tĂ© dĂ©part Ă  la retraite, j’ai essayĂ© de regrouper tous les dĂ©parts notables du circuit coupe du monde ci-dessous: 

  • Johann Clarey : monument du ski alpin français, il aura toute sa carrière Ă©tĂ© Ă  la recherche d’une victoire. PassĂ© extrĂŞmement proche Ă  plusieurs reprises sur des courses dites “monumentales”, je pense notamment aux secondes places Ă  KitzbĂĽhel, JO de PĂ©kin.

  • Mathis Mayer : la grande surprise, en plein cours de saison l’Autrichien a raccrochĂ© les skis lui qui pourtant Ă©tait encore dans le top 3 mondial en descente.

  • Beat Feuz : lĂ©gende du ski alpin, lĂ©gende de la descente, la boule de feu comme il Ă©tait surnommĂ© a raccrochĂ© les skis après une carrière exceptionnelle et des titres partout ou cela Ă©tait possible.

  • Travis Ganong : l’amĂ©ricain qui a marquĂ© le ski US Ă  lui aussi raccrochĂ© les skis après une très belle saison.

  • Matteo Marsaglia : l’italien auteur de jolies performances par le passĂ© est maintenant retraitĂ©.

  • Steven Nyman : Ă©galement cĂ´tĂ© USA a dĂ©cidĂ© après une longue carrière de stopper.

  • Leif Kristian Haugen : cĂ´tĂ© Norvège c’est un spĂ©cialiste du gĂ©ant qui se retire.



Marco Odermatt, l'incontestable leader de la Coupe du monde


Marco Odermatt est incontestablement le leader de la Coupe du monde de ski alpin depuis quelques saisons. En 2022-2023, il a remporté le gros globe de cristal, le globe de cristal du slalom géant et le globe de cristal de la descente. Il a également remporté deux médailles d'or aux championnats du monde, en descente et en slalom géant.


Sur la base de ses performances passées, il est évident de penser qu'Odermatt sera encore le grand favori pour remporter le gros globe de cristal en 2023-2024. Skieur ultra-polyvalent, la seule corde qu’il manque à son arc reste le slalom, discipline sur laquelle il ne s’aligne pas.


En slalom géant, Odermatt est le favori incontesté. Il a remporté 7 des 10 courses de la discipline la saison dernière. Même quand ce dernier semble poussé dans ses retranchements et qu’un nombre important de ses victoires ont été acquises sur un fil, il est à l’inverse tout aussi capable de mettre secondes à ses plus proches poursuivants.


En descente, Odermatt a remporté est toujours à la recherche de sa première victoire en coupe du monde. Il est encore un peu en retrait des meilleurs descendeurs du circuit, mais il a le potentiel de s'imposer dans cette discipline. Il compte quelques très beaux résultats dans la discipline notamment une deuxième place sur la mythique Strëif, des deuxièmes places pour seulement quelques centièmes (Val Gardena, Beaver Creek).

En super G, Marco Odermatt roule sur la concurrence. Il est capable de skier à une vitesse élevée tout en conservant une bonne maîtrise technique, clef même du Super-G. Il est également très régulier, ce qui lui permet de remporter des victoires sur tous les types de pistes.


Lors de la saison 2022-2023, Odermatt a remporté 6 courses de super G,sur les huit que comptait la saison. Il a ainsi remporté le globe de cristal de la discipline avec une confortable avance sur ses poursuivants.



Marco Odermatt sera l’homme à battre cette année et quand on regarde sa cotation, on comprend que sans blessure, maladie ou grosse défaillance il sera compliqué d’aller chercher l’Helvète.

Je pense que dans le Ski Alpin il est difficile d’échapper aux blessures sur toute une carrière. Marco Odermatt a pour l’instant Ă©tĂ© “chanceux” avec ce facteur il compte deux blessures notables en carrière : 


  • La première blessure s'est produite en dĂ©cembre 2018, lors d'une course de slalom gĂ©ant Ă  Val d'Isère. Odermatt a chutĂ© Ă  haute vitesse et s'est blessĂ© au genou droit. Il a Ă©tĂ© contraint de subir une opĂ©ration et a manquĂ© plusieurs semaines de compĂ©tition.
    Peu d’importance sur son classement général à cette époque car le jeune suisse découvrait tout juste la coupe du monde et il n’était pas encore capable de jouer avec les meilleurs, sauf déjà en Slalom géant.


  • La deuxième blessure s'est produite en janvier 2023, lors d'une course de descente Ă  KitzbĂĽhel. Odermatt a chutĂ© Ă  nouveau Ă  haute vitesse et s'est blessĂ© au genou gauche. Il a Ă©tĂ© contraint de renoncer Ă  la course et a dĂ» prendre deux semaines d’arrĂŞt. Mais le timing Ă©tait une nouvelle fois “bon” car deux semaines de pause Ă©taient Ă  venir avant les mondiaux de Courchevel / MĂ©ribel. Et il n’aura finalement manquĂ© que la seconde descente de KitzbĂĽhel.


MĂŞme chose avec les absences pour maladie Odermatt n’a pas ou très peu loupĂ© de courses, et cela est en partie dĂ» aux protocoles covid mis en place depuis 2021 qui protègent les skieurs des virus de l’hiver. 


Aleksander Aamodt Kilde, roi de la vitesse.


Aleksander Aamodt Kilde est l'un des skieurs alpins les plus talentueux au monde. Il est un spécialiste du super G et de la descente, et il a remporté de nombreuses victoires dans ces disciplines.


En 2022-2023, Kilde a remporté le globe de cristal de la descente et la médaille d'argent en super G aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin. Il a également terminé deuxième du classement général de la Coupe du monde, derrière Marco Odermatt.


En 2020 il remporte devant Alexis Pinturault, le gros globe de cristal suite à l’arrêt prématuré de la saison de ski alpin dû au Covid-19. C’est une victoire qui avait beaucoup divisé car le calendrier restant avantageait nettement le français Pinturault.


Kilde bien qu’ayant eu un moment de gloire en géant en 2020, est avant tout un homme de vitesse qui domine depuis 2 saisons maintenant ces discplines de Super-G et de Descente. Bien que deuxième du général derrière Odermatt deux fois de suite je pense que Kilde sera nettement trop limité par son manque de polyvalence pour remporter une nouvelle fois le général de la coupe du monde.

Je le vois toujours, si ce n’est mĂŞme plus dominateur en descente avec les dĂ©parts Ă  la retraite de grands noms la saison passĂ©e qui luttaient dans la mĂŞme catĂ©gorie qui lui sur les longues descentes oĂą il faut parler avec sa science de la glisse. Je pense Ă  Beat Feuz, Clarey, Mayer notamment. 


Marco Schwarz, la succession Autrichienne ?


Marcel Hirscher, le "Kaiser" du ski alpin a pris sa retraite il y a maintenant quelques saisons, après avoir écrasé la concurrence mondiale.


Marcel Hirscher est un ancien skieur alpin autrichien, considéré comme l'un des plus grands de tous les temps. Il a remporté huit fois le gros globe de cristal, un record, et a remporté 67 victoires en Coupe du monde, également un record.


Hirscher était un skieur très complet, capable de gagner dans toutes les disciplines. Il était particulièrement fort en slalom, où il a remporté 42 victoires, et en slalom géant, où il a remporté 15 victoires.

L’Autriche est à la recherche de son nouveau leader, pouvant aller prendre un gros globe de cristal. Avec la retraite en cours de saison l’année passée de Mathias Mayer. C’est maintenant à Vincent Kriechmayr et à Marco Schwarz d’aller s’imposer au sommet de cette grande équipe Autrichienne de ski.

Schwarz possède de solides qualités techniques, et compte déjà de sérieuses références. À 28 ans, le grand moment est peut-être arrivé pour celui qui terminait troisième du général en 2020, septième la saison dernière. La saison dernière a été une saison de transition pour l’Autrichien, en retrait en slalom après avoir pris le petit globe en 2021, il s’est lancé sur le Super-G, et veut désormais attaquer la mythique descente.

Marco Schwarz a annoncé qu'il participerait à toutes les disciplines de la Coupe du monde de ski alpin cette saison. Il s'agit d'un programme ambitieux, mais Schwarz est un skieur très talentueux et il a le potentiel de réussir dans toutes les disciplines. Pour réaliser cela, l’autrichien a dû se plier au jeu des kilos cet hiver en passant de 85 normalement à 89. Il a également intégré à ses entraînements des blocs de descente, tout en conservant un rigueur en slalom.

Je pense qu’il a le talent pour briller dans toutes les disciplines, un peu comme Alexis Pinturault a pu le faire, au même âge. C’est un profil assez similaire et le fait de le voir s’élancer sur la descente bien plus jeune que le Français me laisse croire qu’il a la possibilité de s’approcher de Marco Odermatt cette année. Certes, la tâche ne sera pas facile compte tenu de la marge qu’à le Suisse. Mais comme je l’ai dit précédemment je pense qu’on peut avoir une saison avec quelques rebondissements et qu’Odermatt est trop favori pour un sport ou les blessures sont régulières.

Marco Schwarz s’est au moins mouillĂ© sur ce qu’il visait cette annĂ©e et j’ai hâte de voir ce que cela peut donner. 


Henrik Kristoferssen

Il ne sera pas du tout un candidat pour moi cette année pour le général, mais le Viking qui évolue sur le matériel de Marcel Hirscher devrait continuer à être l’épouvantail numéro 1 sur les discplines techniques. Skieur le plus régulier au général, il n’a pas quitté le top 10 depuis qu’il skie en coupe du monde, sauf lors de sa première apparition en 2013, déjà.
Éternelle ombre de Marcel Hirscher, le Norvégien a su se réinventer après une saison 2021 particulièrement compliqué qui l’a vu redescendre au 6ème rang général et même au 8ème rang en géant.
Kristoffersen compte 30 victoires en coupe du monde et est certainement l’un des meilleurs skieurs techniques de l’histoire. Il aurait certainement pu être une sérieuse menace pour la victoire générale s’il était parvenu à s’élancer sur les disciplines de vitesse. D’autant plus qu’au vu de ses qualités techniques, et comme le font notamment Pinturault et Schwarz cela aurait été nettement jouable.

Kristoffersen serait une nouvelle fois très certainement sur la boîte du général, ou très proche de cette dernière mais je ne le vois pas du tout prendre de gros globes, cette année.

LoĂŻc Meillard, le technicien Suisse



Meillard née en 1996 à Neuchâtel est un skieur tout aussi polyvalent que Marco Schwarz et pour lequel j’ai beaucoup d’admiration. Le Suisse de 26 ans compte de très beaux résultats en Coupe du monde avec notamment en 2021 une quatrième place au général, puis l’année dernière une sixième place. Le Suisse s’illustre particulièrement en géant, sa discipline de prédiliéction, puis en slalom et enfin depuis trois saisons en Super-G, discipline sur laquelle il commence à être un sérieux candidat au podium. L’année 2023 a été pour lui particulièrement riche, car souvent placé il ne compte finalement qu’une seule victoire en coupe du monde, c’était lors du géant de Schladming en janvier. (On notera également une victoire en parallèle en 2020). Je pense que Meillard a tout pour éclore et venir challenger ce podium mondial sur une saison. Sa progression en Super-G est super intéressante et il a de quoi prendre quelques points supplémentaires et profiter des nombreux départs à la retraite l’année passée


Je pense que cette année sera pour le suisse une belle année de transition pour aller s’imposer sur les prochaines saisons comme candidat sérieux au gros globe compte tenu de sa polyvalence. J’attends vraiment de voir son évolution en Super-G et j’aimerais également le voir commencer à s’aligner sur les descentes les plus techniques pour peut-être donner le ton pour les prochaines années.

A suivre !



Lucas Braathen

L’étoile montante norvégienne, cette équipe à un réservoir impressionnant que ce soit en vitesse ou en technique avec des noms comme Atle Lie Mcgrath, Alexander Steen Olsen.
Mais c’est bien Braathen qui est le plus prometteur de ces jeunes vikings. À 23 ans il s’impose maintenant comme la future star de cette équipe norvégienne et a vécu une percé fulgurante sur la saison 2019/2020 en remportant sa première victoire en coupe du monde.
C’est un fin technicien qui commence tout juste à s’aligner en Super-G, il fait partie de cette nouvelle vague d’athlète avec Pinturault, Schwarz ou encore Meillard qui s’alignent dans 3 voir 4 disciplines. Lui le fait très jeune, et après avoir remporté le classement général en slalom, il pourra sûrement viser un résultat assez proche cette année s’il prend quelques points supplémentaires en vitesse.
La concurrence sera particulièrement rude en slalom pour lui et pas sûr qu’il puisse autant prendre de points que cette saison.

Les anciens


Parmi les anciens qui sont toujours placés au général je pense en premier lieu à Vincent Kriechmayr, l’excellent descendeur, fin technicien en Super-G qui est toujours au rendez-vous depuis de multiples saisons. Difficile de le voir faire mieux qu’un top 5 au général compte tenu du fait qu’il ne s’aligne que dans deux disciplines, néanmoins il faudra pour sûr compter sur lui en descente et en Super-G.
Alexis Pinturault, légende du ski tricolore, Alexis est maintenant sur la fin de carrière. Après des difficultés confirmées en slalom depuis 3 saisons, Pinturault a finalement pris la décision radicale de stopper cette discipline pour s’aventurer pleinement sur les disciplines de vitesses. Fin technicien, à mes yeux le meilleur en activité il a axé sa préparation sur la descente cette année pour y aller décrocher des résultats. Changement physique oblige il s’est épaissit et le vainqueur 2021 du gros globe de cristal sera un sérieux prétendant à la victoire dans ces trois discplines, lui qui déjà nous faisait forte impression sur sa jeune carrière de Super-G.
Plus loin, avec des esports de général infiniment faible, je pense aussi à l’Italie Dominik Paris. L’italien est lui aussi plus proche de la fin de carrière que du début. Et après une saison 2023 marquée par des problèmes physiques, mentaux et un enchaînement de circonstances contre lui, le Transalpin n’a pas abdiqué et pour sûr je suis prêt à compter sur lui sur sa piste du Stelvio notamment.

Les Ă©toiles montantes


Derrière, ces anciens, deux pĂ©pites poussent Ă  la porte pour venir  jouer le gĂ©nĂ©ral. Deux NorvĂ©giens, Atle Lie Mcgrath et Alexander Steen Olsen.
Le premier Mcgrath né le 21 avril 2000 il compte déjà deux victoires en coupe du monde, en slalom et en géant. Il faut également ajouter à son jeune palmarès un titre de vice champion du monde de géant. Particulièrement complet, il est de cette tranche de skieur capable de s’aligner sur trois disciplines ou plus. Il lui manque pour l’instant la descente à son arc, mais cela ne m’inquiète pas car c’est une discipline ou l’âge moyen est plus élevé. Son plus gros axe de travail pour la saison à venir sera certainement le travail de sa constance, car bien que particulièrement talentueux, il compte n’arrive au bout des courses qu’une fois sur deux environ.
Cela est à relativiser car les slaloms sont des disciplines techniques, où les blessures sont plus rares qu’en vitesse, mais sur lesquelles les fautes techniques ne pardonnent pas.
Il en est l’exemple
Le second Steen Olson est aussi une pépite pour la Norvège, né en 2001 il compte deux victoires en Coupe d’Europe et une victoire en slalom sur la coupe du monde. A l’image de son compatriote le travail cette année devrait être axé sur la régularité et la prise d’expérience.
Les deux sont pour moi encore trop jeunes pour venir jouer sur le général et même sur un petit globe de discipline, mais compte tenu de leur marge de progression et de leur jeune âge il est obligatoire de prendre le temps de parler d’eux.

Les spécialistes


Tout à l’inverse des skieurs pouvant s’aligner sur plusieurs disciplines et pouvant jouer gros au général, on retrouve en général des slalomeurs.
Discipline un peu à part en ski alpin, le slalom nécessite un entraînement très spécifique et en la matière nous avons en France un modèle dans le genre, Clément Noël.
Le Français qui compte déjà un très beau palmarès avec 10 victoires en coupe du monde, toutes en slalom et tout autant de podiums , compte également un titre de champion olympique de cette même discipline.
Souvent critiqué car pas assez régulier aux yeux de beaucoup, il est apparu comme un boulet de canon avec ses 2.00 mètres lui permettant d’imposer son style novateur très court au piquet.
Noël est à l’heure actuelle le meilleur slalomeur à conditions égales, mais il n’a pas encore la régularité pour écraser la concurrence. Cela est aussi dû au fait que le plateau de slalom est particulièrement relevé.
Je pense également à Ramon Zenhaeursern qui avec un gabarit égal à Noël est lui aussi un spécialiste du slalom. Le géant Suisse un palmarès de slalom impressionnant avec quatre victoires en slalom. Même chose avec Daniel Yule qui avait remporté le globe de la spécialité il y a quelques saisons maintenant. On peut également citer Timon Haugan pour l’équipe Norvegienne qui fait également des timides apparitions en géant.
Tommaso Sala côté Italie, Alex Vinatzer également un des skieurs les plus impressionnants de la discipline, néanmoins sa prise de risque paie assez rarement et il est souvent disqualifié.
Le plus petit homme du circuit mondial, Albert Popov, le Bulgare apporte un style complètement différent, plus rond, excellent dans les murs et les pistes compliquées il contraste tout particulièrement des géants Noël et Zenhaeursen.
Côté Grec, oui vous avez bien lu, on retrouve Ginnis AJ, le greco-américain à plusieurs fois animer les slaloms cette année et il faudra très certainement compter sur lui l’année prochaine s’il parvient à confirmer.

Retours de blessure

Un point important sur les blessés qui rechausseront les skis à Soelden avec Victor Muffat-Jeandet et Thibaut Favrot de retour sur les pistes.

Après des blessures qui les ont tenus éloignés des pistes pendant plusieurs mois, Victor Muffat-Jeandet et Thibaut Favrot sont de retour en compétition.

Muffat-Jeandet, qui s'est blessé en janvier lors du géant d'Adelboden, a participé à deux courses en Coupe d'Amérique du Sud cet été. Il devrait être au départ du géant d'ouverture de la Coupe du monde à Sölden, le 22 octobre prochain.

Favrot, qui s'est blessé aux ligaments croisés du genou gauche en début de saison dernière, a également participé à deux courses en Coupe d'Amérique du Sud. Il sera également au départ du géant de Sölden.

Le retour de ces deux skieurs est une bonne nouvelle pour l'équipe de France de ski. Muffat-Jeandet est un spécialiste du slalom et du géant, tandis que Favrot est un spécialiste du slalom.


Atle Lie McGrath, jeune talent norvégien du ski alpin, espère éviter les blessures.

Pour la deuxième année consécutive, il a dû mettre fin à sa saison plus tôt que prévu. Une chute lors du combiné des Mondiaux de Courchevel-Méribel l'a contraint aux béquilles plutôt qu'aux spatules.



Ă€ qui le Globe 2023/2024 ?

Je pourrai rentrer plus en détail pour les classements de chaque discipline, mais faute de cote je vais me cantonner au général.
Vous l’aurez compris en me lisant, cette année encore, sur le papier il sera particulièrement compliqué d’aller chercher Marco Odermatt à la régulière. Néanmoins le ski est un sport dangereux, exigeant physiquement et mentalement. Propice aux virus de l’hiver de par les températures et le nombre de personnes rencontrées lors des très nombreux déplacements et mettre un Marco Odermatt aussi favori soit-il à cette cote est inconcevable pour moi.

Difficile d’aller donner un candidat qui serait capable d’aller le chercher à la régulière, car je n’en vois aucun. Néanmoins, celui qui en cette présaison apparaît comme la cartouche la plus sérieuse à un tel exercice est Marco Schwarz. L’Autrichien a donné ses objectifs, que je trouve réalistes car un homme comme Pinturault l’a déjà fait, s’aligner sur les 46 épreuves de coupe du monde. S’aligner est une première étape importante, mais il faudra surtout aller prendre des podiums régulièrement et quelques victoires cette année pour espérer faire peur à l’helvète.
Marco Schwarz n’a jamais dépassé les 1000 points au général, là où Odermatt a dépassé les 2000 la saison dernière. C’est un pari qui sur le papier n’apparaît comme absolument pas évident mais il m’est impossible de ne pas tenter le coup contre un ultra-favori sur une saison complète de ski alpin.

Nous devrions ĂŞtre rapidement fixĂ©s sur l’espĂ©rance de vie de ce pari dès dĂ©cembre car Marco Schwarz reverra ses plans Ă  la baisse dans le cas oĂą il serait dĂ©jĂ  trop loin. 


Belle saison Ă  tous !

Nos pronostics

Intitulé Côte Mise Où Parier
Marco Schwarz remporte le général 15 0.25% Winamax PSEL
Marco Schwarz sans Marco Odermatt 4 0.5% PSEL

Les derniers pronostics